Le coronavirus fait la part belle à la chirurgie esthétique

La pandémie de coronavirus a bouleversé nos vies à tous. Mais si de nombreux secteurs en ont pâti, celui de la chirurgie esthétique en a au contraire très largement profité. Les interventions de chirurgie plastique ont enregistré une hausse considérable.

Schönheitsoperation

Pendant la crise sanitaire, les Suisses ont eu tendance à passer plus souvent sous le bistouri. Dans une interview accordée à Bolero, Natalia Kavena (34 ans), propriétaire de Fineskin Group, qui propose entre autres des interventions dans le domaine esthétique, confirme cette tendance: «Nous pensons qu’en limitant les opportunités de loisirs, la crise du coronavirus a été favorable à la demande en opérations de chirurgie esthétique.»

Autre raison pouvant expliquer cet engouement: les appels en visio, qui se sont multipliés et qui sont autant d’occasions de s’observer et de détecter ses propres éventuelles imperfections. Qui plus est, avec le télétravail, dissimuler les suites d’une intervention de chirurgie plastique devient plus facile. Du reste, l’impossibilité actuelle de voyager et de trop dépenser a permis aux gens de faire des économies, qu’ils investissent à présent dans leur physique.

Selon Natalia Kavena, la demande dans les centres Fineskin et Fineesthetics a suivi une évolution globalement positive. «Nous sommes une jeune entreprise, qui a ouvert de nouvelles adresses aussi bien pendant la première vague de la crise sanitaire que durant la seconde.» Elle s’en dit d’ailleurs très reconnaissante.

Lors des premières mesures de protection décrétées à l’échelle nationale, la demande en interventions s’est brusquement effondrée. Mais elle s’est vite reprise au fil du temps.

D’après Natalia Kavena, les injections de botox et d’acide hyaluronique, de même que les corrections des paupières et les augmentations mammaires ont fait partie des actes les plus prisés ces derniers mois.

Le moment idéal pour procéder à une intervention de chirurgie esthétique dépend de la situation individuelle et du bien-être personnel de chacun. «De nombreuses clientes s’étaient déjà renseignées avant la seconde vague de la pandémie et, ne pouvant ni voyager ni sortir en société, elles ont ‹profité de l’occasion› pour se faire opérer», explique Natalia Kavena.

Avec ou sans coronavirus, le concept de beauté parfaite est profondément ancré dans la mentalité suisse. «Par rapport au reste du monde, les Suisses sont ceux qui dépensent le plus d’argent par habitant pour des opérations de chirurgie esthétique», affirme Natalia Kavena. Le marché de la beauté, et notamment de la chirurgie plastique et esthétique, est donc en perpétuelle croissance.

S'inscrire

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez encore plus de nouvelles sur la mode, le style de vie et la culture directement dans votre boîte aux lettres!